Blog

Renforcer ses défenses immunitaires

in Actualité, Mis en avant, Traitement

Le fameux coronavirus fait la une partout depuis décembre 2019. Il est apparu pour la première fois à Wuhan en Chine. Tous les scientifiques ne sont pas d’accord sur la source exacte (chauve-souris, serpent, pangolin ?).

Rappel des symptômes

Les symptômes de ce virus sont les mêmes que la plupart des cas de grippe : de la fièvre, de la toux, des douleurs musculaires, un essoufflement et des difficultés respiratoires. Dans les cas les plus graves, l’infection peut provoquer une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère, une insuffisance rénale et même la mort. Les effets du virus seront évidemment plus graves chez les personnes les plus fragiles, comme les jeunes enfants et les personnes âgées.

Point sur la propagation

Dans un premier temps il a été baptisé temporairement « 2019-nCoV » puis définitivement COVID-19 ou SARS-CoV-2. En fait, la maladie est dénommée COVID-19 et le virus en cause, SARS-CoV-2.

Du point de vue génétique, le COVID-19 présente « 80% de similarités » avec le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), dont la pandémie avait fait des centaines de morts en 2003. Cependant, il est plus dangereux. Pour preuve, le taux de mortalité d’une grippe classique est souvent aux alentours de 0,8%. Le 2019-nCoV se situe aux alentours de 2 à 4%. En France, 86% des patients décédés de la grippe entre 2011 et 2019 avaient plus de 75 ans, contre seulement 50% pour les victimes du coronavirus.

Voici une illustration tirée du site notre-planete.info :

Une étude, publiée par le New England Journal of Medicine (NEJM) et financée par le gouvernement américain, annonce que le virus aurait un niveau de viabilité à l’air libre comparable à celui du SRAS (plusieurs heures).

Depuis le 11 mars, l’OMS a officiellement parlé de pandémie. Les écoles et autres zones de rassemblement tels que les clubs de sport, sont officiellement fermées depuis le 16 mars 2020. Le confinement est obligatoire depuis le mardi 17 mars en France et les mesures se durcissent de jour en jour. Au 18-03-2020, la moitié des écoliers et étudiants était privée d’établissement scolaire dans le monde.

Au 20 mars, Worldometers comptabilisait 256.000 cas dans le monde et 10.500 décès. Précisons aussi que 90.000 personnes en sont déjà guéries à cette date.

Au 25 mars, nous étions à 424.000 cas dans le monde et environ 19.000 décès pour 110.000 guérisons.

Au 30 mars, nous étions à 723.700 cas dans le monde et 34.000 décès. 151.800 personnes avaient récupéré. En France, nous étions à 2600 décès. Les deux pays les plus endeuillés par le nouveau coronavirus, l’Italie et l’Espagne, affichaient toujours au 30 mars de très lourds bilans et des hôpitaux surchargés, mais espéraient approcher enfin du pic de la pandémie, qui reste à venir pour les Etats-Unis, malgré plus de 130 000 cas déjà confirmés. Une prévision estime 150.000 morts pour les USA.

Chaque jour qui passe, les mesures gouvernementales se durcissent.

Une carte interactive de la progression mondiale de la contagion est disponible sur le site de la Johns Hopkins University. Une carte pour la France est disponible sur le site ESRI France. Le journal Le Monde affiche régulièrement les courbes linéaires et logarithmiques.

Une étude de l’université chinoise de Beihang publiée le 3 mars 2020 sur le site scientifique SSRN a modélisé les contacts entre les patients des grandes villes chinoises croisés avec des données météorologiques. Elle conclue « qu’une température élevée et une humidité relative élevée réduisent considérablement la transmission de COVID-19 ». Les chercheurs estiment ainsi que le taux de reproduction (indiquant la contagiosité du virus) devrait chuter de 48 % entre mars et juillet. Mais attention : la chaleur ne tue pas le virus et ne l’empêche pas de se propager : elle ralentit simplement sa progression. Ces propos sont néanmoins controversés.

Fortifier ses défenses naturelles

Comme le relaient largement les médias aujourd’hui, la recherche indique que les médicaments immunosuppresseurs, les anti-inflammatoires stéroïdiens (cortisone) ou non-stéroïdiens (type ibuprofène) favorisent les infections virales.

La recherche a déjà démontré que les patients sous statines présentent des défenses immunitaires amoindries contre les virus de la grippe et de l’herpès. Or, il se trouve que les personnes sujettes à des pathologies cardiovasculaires sont particulièrement exposées aux complications de l’infection au Covid-19.

Certains médicaments prescrits contre l’hypertension devraient peut-être faire l’objet des mêmes précautions, car ils interfèrent avec les cellules du système rénine-angiotensine (régulation endocrinienne et enzymatique en charge de préserver l’homéostasie hydrosodée). Or ce système est une porte d’entrée au nouveau coronavirus, dont le pouvoir infectieux et la dangerosité pourraient être décuplés par ces antihypertenseurs.

Dans ce contexte grippal, voici quelques recommandations pour renforcer vos défenses immunitaires :

  • Diffusez du Ravintsara, ou utiliser d’autres huiles comme le Niaouli, le Laurier Noble, le Citron, l’Eucalyptus (surtout radiata), toutes sont bien connues en cas de grippe
  • De même, les huiles essentielles de thym et d’origan (deux gouttes dans une cuillerée de miel) dégagent les voies respiratoires. Vous pouvez aussi mettre sur la poitrine ou sur les poignets deux gouttes d’huile essentielle de Ravintsara ou de Tea Tree
  • Utilisez les correcteurs d’état fonctionnel n°1 et n°2 de la série bleue, le « Indi » de la série collection ou le bracelet « Renouvellement« 
  • Vérifiez votre statut en vitamine D (idéalement vous devez avoir plus de 65 ng/mL)
  • Mangez des probiotiques (aliments fermentés non pasteurisés) pour votre flore intestinale qui est un des principaux sièges de l’immunité
  • Mangez des fruits et légumes frais riches en vitamine C
  • Mangez sainement et prendre les précautions élémentaires recommandées
  • Faites du sport au grand air, en choisissant des activités qui donnent de fortes accélérations cardiaques (le muscle, en cas de maladie, sert de réserve au système immunitaire pour lutter contre les microbes)
  • Dormez, d’un sommeil de qualité
  • Profitez-en pour vous traiter les problèmes qui vous pourrissent la vie, vous causent du stress, du mal-être, et vous rendent plus vulnérables aux maladies…

En complément, voici les 5 remèdes homéopathiques du Dr Gardénal (le 1er de chaque mois, en alternant tous les 8 jours) :

  • Influenzinum 15CH
  • Serum de Yersin 15CH
  • Staphylococcinum 15CH
  • Streptococcinum 15CH
  • Isothérapie du vaccin Pneumocoque 15CH

+  3 ou 4 granules 1 fois par semaine de jusqu’à la fin de l’hiver ou de l’épidémie :

  • Influenzinum 15CH
  • Isothérapie du vaccin Pneumocoque 15CH

Voici également 8 remèdes du Dr Eraud :

  • 1/2 citron chaud pressé par jour
  • 1/2 cc miel
  • 1 infusion de thym bio (1 tasse par jour)
  • 1 goutte d’huile essentielle de ravintsara et niaouli à appliquer derrière les oreilles, sur les poignets et sur le plexus solaire sans frotter
  • 10 gouttes dans l’eau sauf le week-end d’extrait de pépins de pamplemousse
  • gouttes homéopathiques d’échinacée : 10 gouttes 2 fois par jour
  • propolis : 1 gélule par jour (sauf le week-end)

Différents médecins conseillent également la quercétine, la Vitamine D3 et les tisanes Afra et d’artemisia annua.

Propriétés des huiles essentielles sélectionnées

Restez toujours prudents dans l’utilisation des huiles essentielles. Elles sont très puissantes et il faut bien respecter les précautions d’usage. La diffusion est une voie douce pour profiter des propriétés antiseptiques et immuno-stimulantes des huiles essentielles. Les composés des HE diffusés dans l’air libèrent vos voies respiratoires tout en assainissant votre habitat. Les composés absorbés sont moindre par cette voie, mais elle peut suffire à atténuer les symptômes de la grippe.

L’huile essentielle de ravintsara possède de puissantes propriétés antivirales et renforce l’immunité grâce au 1,8 cinéole et alcool terpénique qui la compose. Elle possède également des vertus expectorantes pour libérer les voies respiratoires.

L’huile essentielle d’eucalyptus radié possède d’excellentes propriétés antitussives et antispasmodiques. Ces deux actions permettent de lutter contre les spasmes musculaires respiratoires responsables de la toux. Elle est également antivirale et anti-inflammatoire.

L’huile essentielle de citron a d’excellentes vertus anti-infectieuses. Elle permet également de renforcer le système immunitaire.

L’huile essentielle de niaouli possède des propriétés anti-infectieuses, antivirales, stimulantes immunitaires, anti-inflammatoires, et expectorantes. Elle est une alliée pour les voies respiratoires.

L’huile essentielle de laurier noble possède des propriétés antalgiques efficaces lors des maux de tête provoqués par le virus de la grippe. Elle a également des vertus antivirales, anti-inflammatoires et expectorantes.

En diffusion, vous pouvez par exemple utiliser la synergie suivante en mélangeant 1/3 d’HE de Ravintsara, 1/3 d’HE d’Eucalyptus radié et 1/3 d’HE de Citron. Diffusez cette synergie à raison de 20 min, 3 fois par jour (contre-indication : Interdit aux enfants de moins de 3 ans. Ne convient pas aux femmes enceintes de moins de 3 mois. A proscrire en cas de pathologies dépendantes de la cortisone. Ne convient pas aux personnes asthmatiques.)

En massage, les HE sont intéressantes également car la voie cutanée permet une pénétration rapide des huiles essentielles dans l’organisme, les molécules passant rapidement dans le sang. Avec ce massage, vous bénéficierez des bienfaits antiviraux, anti-inflammatoires, expectorants, et immunostimulants. Préparez la synergie suivante dans un flacon de 10ml en verre ambré, si possible équipé d’un compte-goutte (ces huiles ou ces accessoires sont disponibles sur des sites comme Green Nature) :

  • 1ml d’HE de Laurier noble
  • 1ml d’HE d’Eucalyptus radié
  • 1ml d’HE de Niaouli
  • 2ml d’HE de Ravintsara
  • 5ml d’HV de Macadamia ou une autre huile végétale support

Appliquez 4 à 6 gouttes de cette synergie en massages légers sur le thorax, le haut du dos et le long de la colonne vertébrale, 4 fois par jour pendant 3 jours.
Contre-indication : Faire un test d’allergie. Interdite aux femmes enceintes et allaitantes. Interdite aux enfants de moins de 6 ans. Déconseillée en cas de maladie hormono-dépendante. Ne convient pas aux personnes asthmatiques.

Point sur les recherches en cours

Pour l’heure, les deux pistes les plus prometteuses nous viennent des États-Unis. La première consiste en un vaccin, reposant sur l’information contenue dans « l’ARN messager », une copie d’une portion d’ADN servant à la synthèse des protéines des cellules. Les essais cliniques ont débuté au début de la semaine, mais il faudra encore attendre au moins un an et demi avant d’espérer voir le produit commercialisé.

La seconde est un médicament, baptisé « Remdesivir ». Initialement conçu pour lutter contre le virus Ebola, il a montré des signes encourageants sur des patients infectés par le coronavirus. Le traitement est entré dans la dernière phase de ses essais cliniques, ce qui pourrait aboutir à un lancement « dans les prochains mois ».

D’autres travaux de recherche sont en cours, dans plusieurs pays. C’est le cas, par exemple, avec le groupe pharmaceutique français Sanofi, qui cherche à mettre au point un vaccin. Pour cela, l’entreprise s’appuie sur une « technologie de recombinaison de l’ADN », déjà utilisée pour son vaccin contre la grippe. Mais les essais cliniques pourraient ne pas démarrer avant un an.

Enfin, d’autres pistes sont examinées, comme celle consistant à tester l’efficacité d’autres médicaments contre le Covid-19. Parmi les candidats possibles, la chloroquine, généralement utilisée contre la malaria, devrait faire l’objet d’études approfondies dans les prochaines semaines.

Ancha Baranova, biologiste à l’Université américaine George Mason, explique qu’un nombre suffisant de personnes disposera d’anticorps aptes à faire face au virus lorsque 70% environ de la population sera tombée malade et aura guéri. Les cas de contamination ne seront alors plus aussi massifs, la population ayant développé une immunité.

Une vidéo explicative sur l’immunité de groupe est disponible ici (30 secondes après le début de la vidéo). Les simulations présentées dans cette vidéo sont basées sur des modèles compartimentaux.

D’autre part, les chercheurs pensent aujourd’hui que le Covid-19 affecterait le système nerveux central. Les symptômes neurologiques du Covid-19 ne touchent qu’une minorité de personne : 8 % souffrent de maux de tête et 1 % de nausée et de vomissement. En revanche, une étude menée sur 240 patients atteints du Covid-19 décrit des manifestations neurologiques comme des pertes de conscience et des troubles cérébrovasculaires aigus dans 88 % des cas sévères étudiés. Depuis quelques jours, les médecins rapportent qu’une minorité de patients se plaignent d’anosmie. Il s’agit d’une perte d’odorat souvent associée à une perte de goût (agueusie). Cela fait encore l’objet de débats.

Garder la tête froide

En attendant, soyez vigilants et abonnez-vous aux listes de diffusions des médecins spécialisés dans les thérapies naturelles. Il ne faudrait pas que la panique génère plus de décès que la maladie elle-même. Les médecins sont d’ailleurs plus inquiets sur ce point car les places en hôpital étant limitées, le risque est de ne plus pouvoir accueillir des patients en réelle situation d’urgence (crise cardiaque, par ex).

Pensez aussi à prendre du recul sur les communications actuelles du gouvernement relayées massivement par les médias sensationnalistes. Cette crise sanitaire ne devrait pas nous rendre aveugles aux autres problèmes que le monde connait actuellement. Souhaitons aussi que ce ne devienne pas un prétexte pour de nouvelles lois liberticides.

Il est probable que les autorités possèdent un niveau d’information différent que ce qu’on peut lire dans les médias officiels car les différents gouvernements, en commençant par la Chine, n’hésitent pas à déstabiliser totalement l’économie pour tenter de maîtriser ce virus, ce qui est une chose totalement inédite. Les USA le ressentent aussi fortement au niveau de leur économie.

Quant à l’origine génétique, Différentes hypothèses demeurent toutes probables à ce jour car de nombreux virologues à travers le monde s’interrogent toujours très sérieusement sur la probabilité que l’apparition de ce virus puisse résulter d’une simple émergence naturelle. Comme toujours les études se contredisent. Une étude récente de l’institut de recherche Scripps (États-Unis) suggère que le virus serait d’origine naturelle. Les Etats s’attaquent de front : la Chine accuse les Etats-Unis et les Etats-Unis accablent la Chine.

Des rumeurs courent aussi sur une « fuite » d’un laboratoire de recherche épidémiologique classé P4, justement situé près de l’épicentre du coronavirus (Zhongguo kexueyuan wuhan bingdu yanjiusuo ou Institut de virologie de Wuhan, officiellement le seul laboratoire P4 actuellement en activité en Chine continental). On peut supposer que ce n’est qu’une coïncidence mais il demeure particulièrement incroyable que dans un pays large de 9.597.000 de km² ce coronavirus (subitement très pathogène) apparaisse naturellement et exactement dans un périmètre de 100 km² à l’intérieur de la seule ville chinoise qui abrite l’unique laboratoire continental justement construit… …pour les « étudier ». Ce laboratoire de virologie est situé à 12 km du marché aux poissons.

Un autre organisme est également suspecté, situé à 1.6 km du marché aux poissons de Wuhan, où serait apparu ce virus. Il s’agit des laboratoires du Centre de prévention et du contrôle des maladies de la ville (WHCDC), dans lesquels sont gardées des centaines de chauves-souris porteuses du virus.

Cette thèse est soutenue par deux chercheurs chinois : Botao Xiao et Lei Xiao, respectivement professeur au laboratoire de médecine et de biologie synthétique de la South China University of Technology à Guangzhou et chercheur à l’hôpital universitaire de Wuhan.

Un important travail de séquençage du génome du SARS-Co-V2 (4) a eu lieu fin 2019 auprès de 9 des premiers patients (dont 8 qui avaient fréquenté le fameux « marché humide » de Wuhan): Les résultats relèvent 88% de concordance entre le SARS-CoV-2 et deux coronavirus de chauve-souris déjà séquencés en 2018. L’hypothèse la plus en cours actuellement n’est plus celle de l’intervention humaine dans la réalisation matérielle de ce nouveau virus mais plus possiblement un phénomène dit de « convergence évolutive ». Il est peu probable que ce virus ait été conçu artificiellement dans le but de nuire mais il en en revanche probable que ce virus se soit échappé de ce laboratoire P4. On peut supposer que l’évasion du SARS-CoV-2 de son laboratoire d’origine a pu avoir lieu après infection accidentelle d’un laborantin mais aussi possiblement d’un animal contaminé qui aurait été sciemment extrait de sa cage pour quelques menues monnaies.

Cela ne fait qu’alimenter davantage la suspicion générale vis à vis des gouvernements ou de l’industrie pharmaceutique. D’après un sondage de l’IFOP, 55% des français croient à un complot entre le Ministère de la Santé et les laboratoires. Il est évident que si BigPharma finance des compagnes électorales, il faut un retour… … et l’argent permet probablement beaucoup de choses, même de corrompre certains scientifiques ou certains dirigeants. Consultez le site de l’AIMSIB pour vous forger une opinion.

Des vaccins sont en phase de recherche mais il est peu probable qu’ils puissent être disponible sur le marché avant 18 mois. On peut cependant rester prudent sur l’efficacité réelle de ces vaccins spécialisés contre la grippe. Les autorités sanitaires mettent chaque année l’accent sur la campagne de vaccination antigrippale, en particulier chez les personnes fragiles et âgées, sans se préoccuper des résultats scientifiques solides concluant qu’elle ne diminue ni l’hospitalisation ni la mortalité chez les 55-75 ans. Encore plus gênant : une étude américaine, auprès des personnels du département de la Défense, met en lumière une augmentation de 36 % du risque d’infection par un coronavirus chez les personnes vaccinées contre la grippe… Sur ce point, je vous laisse encore vous forger votre propre opinion.